Table XVII°

Table XVII°

jeudi 30 octobre 2014

Allez restons simples!!

J'ai récemment lu quelque chose qui m'a bien fait sourire pour ne pas dire rire! Est-ce un effet de mode, une tendance actuelle? L'emploi de termes (certes d'origine grecque ou latine) si éloignés de l'oeuvre à restaurer dénote une manière bien prétentieuse et pédante de parler de restauration.
Pour ne pas paraphraser il est clair que le bicéphalisme doit être distingué de la dyarchie! 
La restauration en dorure, et quelle que soit l'oeuvre, demande avant tout de grandes connaissances techniques. Cela commence par une réelle connaissance des produits et de leurs préparations. De plus chaque style doit être approfondi par l'étude mais surtout par la pratique afin d’acquérir les bons gestes nécessaires.
Le travail de restauration s'apprend et se transmet par et auprès d'un maître d'apprentissage en atelier.
Un travail assidu, une persévérance à toute épreuve, un sens de l'observation, une sensibilité et une modestie, voilà je pense le bon cocktail pour prétendre être un jour spécialiste!