Table XVII°

Table XVII°

mardi 24 décembre 2013

samedi 7 décembre 2013

Mixtion à dorer


Toutes les différentes mixtions en vente et utilisées par les doreurs sont détaillées pages 57 à 59 pour la fabrication et de la page 162 à 173 pour les techniques d'utilisation.

samedi 23 novembre 2013

Cours à l'école d'art mural de Versailles

Editions Vial: english summary for the book


Craftsmen (gilders, but also woodworkers, roofers, glassmakers, craftsmen in wrought iron and bronze), antique dealers, art historians, collectors, and naturally curious people in love with beautiful things:
Two gilders from the restoration workshop of the Palace of Versailles wrote this abundantly illustrated technical book. They are in a privileged position to be able to pass down to the reader the methods of their trade, basing their explanations on a great number of exceptional objects, such as furniture and frames, wood panelling, stuccos and even roof ornaments. This is no simple book about one method of gilding, but is a reference book on all the techniques of the gilding trade.   
After a few thoughts given to the particularities attached to the practice of their trade in the settings of the Palace, the authors look at the products and tools used. In order to leave no stone unturned, they do not hesitate to do a report at the last goldbeaters’ manufacturer in France (the Dauvet house, in activity since 1834) or at a gilding tools’ manufacturer (the metal scrapers of the Da Silva manufacturer). Gilding techniques are then described in great length, with many photographs which show the movements and methods used by professionals. All of the eighteen steps of water gilding, which is the most beautiful style because of its incomparable shine, are detailed. Mordant gilding, mainly used outdoor at Versailles, is then explained. Background patterns and other gilding techniques (such as Greek, on paper, on plaster, on glass, with adhesive leaves) are also exposed.
A close look is then given to around twenty masterpieces held in the collections of the Palace and which have been restored by the workshop. Each intervention is described and illustrated with detailed photographs. Some rooms with magnificent carved and gilded wood panelling are photographed and used to show the work of past and present gilders. The last pages are dedicated to decorative painting (faux-marble and wood imitation) often associated with gilding. The book ends with a glossary, short biographies of the craftsmen who have been quoted, a list of websites, manufacturers and specialised books.    


vendredi 8 novembre 2013

Résumé de l'ouvrage et table des matières

Château de Versailles 


ISBN : 978-2-85101-157-2
Date de sortie :23/06/2011
Dimension : 24 cm X 31 cm
Nb pages : 296
Type de reliure : Relié
Langue : Bilingue Fr. Angl.
Arts du décor
Public :
Artisans (doreurs mais aussi artisans du bois, couvreurs, verriers, ferronniers, bronziers), antiquaires, historiens de l’art, collectionneurs, et curieux amoureux des belles choses.
Deux doreurs de l’atelier de restauration du Château de Versailles ont écrit ce livre technique abondamment illustré. C’est dire s’ils sont à même de transmettre au lecteur les procédés de leur métier en s’appuyant sur un grand nombre d’objets exceptionnels, que ce soit des meubles et des cadres, mais aussi des boiseries, des stucs et même les ornements des toits. Ainsi, il ne s’agit pas ici uniquement d’un livre sur la dorure sur bois, mais bien un ouvrage de référence sur toutes les techniques du métier de doreur.

Après quelques réflexions sur la manière d’exercer leur profession dans le cadre du Château, les auteurs passent en revue les produits et outils utilisés. Pour ne rien laisser dans l’ombre, ils n’hésitent pas à faire des reportages chez le dernier batteur d’or de France (la maison Dauvet, active depuis 1764) ou chez un fabricant d’outils de doreurs (les fers à reparer de la maison Da Silva).
Les techniques de dorure sont ensuite longuement décrites, et d’innombrables photographies montrent les gestes et procédés utilisés 
par les professionnels. La dorure à la détrempe (dite aussi à dorure à l’eau ou dorure à l’assiette), la plus belle car susceptible d’un brillant incomparable, est détaillée dans ses 18 étapes. La dorure à la mixion (ou dorure à l’huile), qui est à Versailles surtout utilisée en extérieur, est ensuite expliquée. Les jeux de fonds et les autres techniques de dorure (à la grecque, sur papier, sur plâtre, sur verre, avec feuilles adhérentes) sont également exposées.

Une vingtaine de chefs-d’œuvre que renferment les collections du Château et qui ont été restaurées par l’atelier de dorure sont ensuite examinés et les interventions décrites avec une illustration riche de détails. Certaines salles ornées de boiseries sculptées et dorées sont 
prétexte à de magnifiques photographies illustrant le travail des doreurs 
d’hier et d’aujourd’hui. Les dernières pages traitent de la peinture décorative (faux marbre et faux bois) souvent associée à la dorure. Le livre se termine sur un glossaire, les notices biographiques des artisans cités, une liste de sites Internet, de fournisseurs et d’ouvrages spécialisés.
Sommaire :
Introduction
I. L’ATELIER
1. Le métier de restaurateur au château
2. L’atelier de restauration
3. Les missions de l’atelier
4. Les dossiers de restauration


II. Les PRODUITS et OUTILS
1.     Les produits de base
Le battage de l’or de nos jours
2.     Les préparations
La fabrication de l’assiette et de la mixion
3.     Les outils
La fabrication des fers à reparer
4. Le moulage
III. Les TECHNIQUES de la DORURE
1. La dorure à la détrempe en restauration
2. La dorure à la détrempe sur une pièce neuve
3. Les jeux de fonds
4. La dorure à la mixtion
5. Autres techniques de dorure
IV. La DORURE au CHÂTEAU
1. Les restaurations et réalisations
2. Les décors dorés à Versailles
V. Les EFFETS DÉCORATIFS
1.     La restauration d’objets d’art et la polychromie
2.     La peinture décorative associée à la dorure
3. L’ornementation et les frises

lundi 16 septembre 2013

Réédition!!

Merci aux éditions Vial d'avoir réédité l'ouvrage ce mois de septembre!
Le sérieux et le suivi dans le catalogue est une marque de fabrique chez Vial. 
Merci surtout à toutes les personnes passionnées qui en ont fait l'acquisition.

Thank you to the Vial Publishing Company for re-printing the book this September!
Professionalism and commitment are their trademarks.
And above all, thank you to all the passionate people who bought it.



samedi 13 juillet 2013

Les agates ou brunissoirs

Pierre d'agate

Collection personnelle

Les agates
La pierre d’agate est utilisée pour donner du brillant, par un frottement de va-et-vient, sur la feuille d’or. La feuille va ainsi être écrasée sur l’assiette. Cette opération s’appelle le brunissage et met en valeur tout le travail effectué précédemment au niveau des apprêts et de l’assiettage. Les parties saillantes, les carrés, parfois les gorges et les ornements peuvent être brunis. L’alternance de parties brillantes et de parties mates, révèle toute la beauté de la dorure à l’eau. L’utilisation de cet outil est réservée uniquement pour la dorure à la détrempe.


The agate burnishers
Agate stone is used to give shine by rubbing back and forth on the gold leaf. This process, called burnishing, presses the leaf onto the bole and emphasises the work on the primers and bole which has previously been completed. Both prominent and flat sections, and sometimes concave mouldings and ornaments can be burnished. Alternation between shiny and matte parts reveals the entire beauty of water gilding. The use of this tool is reserved only for water gilding. 

mardi 9 juillet 2013

Utilisation d'une pierre d'agate pour réaliser les brunis. L'or frotté avec l'outil va être écrasé sur le support et devenir brillant. Cette étape ne peut être réalisée que lorsque la dorure est dite "à la détrempe"

mardi 2 juillet 2013

Copie d'une Table à gibier

Détail d'un pied d'une table à gibier, située dans la galerie des glaces.
Réalisée par Daniel Sievert d'après l'originale située également dans la galerie.
(plus d'explications à propos de ce travail dans le livre)

samedi 16 mars 2013

dimanche 10 mars 2013

merci!

Je ne remercierai jamais assez Daniel Sievert pour son formidable cadeau!
Daniel m'a transmis sa collection personnelle de moules en soufre il y a quelques années. Ces moules et ce geste sont d'autant plus symboliques qu'il les détenait de son Maître André Granvoinet qui lui-même les détenait de son père également artisan doreur à Paris.
Lors de l'écriture du livre, nous avons cherché en vain  à contacter l'unique fille d'André Granvoinet pour avoir des photos personnelles de son atelier parisien ou versaillais.
 En 1950, M. Granvoinet, installé dans son atelier parisien, avait également une antenne au château. Artisan privé, il travaillait pour sa clientèle parisienne mais également  répondait aux commandes passées par la direction et la conservation du château.
Les photos d'André Granvoinet dans le livre sont extraites d'une video en noir et blanc d'archive consultable sur le site http://www.ina.fr  (courtoisie INA)



Meilleur ouvrier de France, il a réalisé la copie du dossier du lit de la Reine, bon nombre de restaurations mais aussi beaucoup de cadres de style Empire avec ses moules.
Il m'a semblé intéressant d'apporter quelques précisions sur cet homme généreux et qui a su si bien transmettre son savoir à Daniel Sievert entre autre.


samedi 26 janvier 2013

les jeux de fonds en dorure

Tous les décors autour des ornements sont communément appelés « les jeux de fonds ».  On les réalise à main levée avec le grain d’orge ou bien un petit fer rond. Leur exécution est effectuée lorsque les ornements sont déjà reparés.

Nous distinguons par exemple dans les jeux de fonds :

Le grain d’orge
C’est un quadrillage composé de lignes très serrées, parallèles et croisées. Aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, le motif est souvent en forme de carré alors qu’au XIXe il est en forme de losange.
On commence par tracer une ligne d’un bout à l’autre de l’espace à graver, ensuite on enchaîne les lignes parallèles toujours dans le même sens. Croiser ensuite les lignes. Il ne faut pas s’arrêter au risque de perdre le mouvement et la ligne. Il faut être sûr de soi sans être crispé et travailler avec la même intensité pour que le grain d’orge soit régulier en profondeur  (extrait page 56)

The diaper pattern
This is a chequered pattern made of very close parallel and crossed lines. In the 16th, 17th and 18th centuries, the motif was more in the shape of squares. In the 19th century, it was more
diamond-shaped. Start by carving a line from one side of the space to be carved to the other. Then, continue carving parallel lines. These lines should always be carved in the same direction. Then carve the cross lines.
You must not stop because you risk losing the movement and the line. Do not be tense. You must be sure of yourself and work with a consistent intensity so that the diaper pattern has an even depth. (page 56)






Sur cet exemple d'ornement d'angle, on peut voir plusieurs jeux de fonds:
  • Du grain d'orge: de fins gravés croisés
  • Un jeu de fou à double filet pointé
  • Du cuir (poinçon)

Typiques de l'ornementation dès le XVII°, ils évoluent légèrement jusqu'au XIX°. Ils viennent complêter la sculpture, et ainsi rendre les parties à l'intérieur ou en bordure d'acanthes, fleurs de lys, palmettes plus riches.