Table XVII°

Table XVII°

mercredi 11 janvier 2012

La dorure en Italie


Le matériel du doreur en Italie est différent de celui utilisé en France. Le coussin n’a pas de parchemin,  le couteau se range sur le dessus sous un petit morceau de cuir après usage et la palette à dorer peut être plus petite. 
Le livret est posé sur le coussin et seulement une feuille  est sortie à droite du livret. Les courants d’air sont véritablement à proscrire!


Pour ce qui concerne les fers à reparer, le jeu est bien plus simple et leurs formes très différentes. Beaucoup de restaurateurs des Musées du Vatican se fournissent en produits et outils chez CPR (Centre Pour Restaurateurs)à côté de la Basilique Saint-Pierre, où l'on peut trouver outre la matériel de dorure, toute une gamme de pigments en grande quantité.

L'assiette


Fers à reparer, agates et palettes à dorer

J'ai pu rencontrer deux doreurs le soir dans Rome. Le premier Vittorio Pandolfino, m'a gentiment soulevé la grille de son atelier. Il devait être 20 heures et malgré l'heure tardive la lumière était encore allumée. 



Après une présentation rapide, il a commencé à me décrire la situation économique au niveau du marché de l'art. Actuellement la nouvelle génération d'architectes d'intérieurs préconise plutôt des décors modernes, délaissant  petit à petit le mobilier ancien. L'effet "boule de neige" est radical. Beaucoup d'antiquaires ferment leurs portes et naturellement cela se ressent chez les restaurateurs et les artisans d'art. Malgré l'apparence d'un atelier en pleine activité, le travail manque et la clientèle se fait rare.


Vittorio travaillait ce soir là pour lui avec son employé. Certains produits sont difficiles à trouver et de petites pièces permettant de réaliser les restaurations sur du mobilier ne sont plus produites en Italie, il en découle de grosses difficultés.

Vittorio est également peintre en décor et réalise des plateaux de consoles en faux marbre ou en patine.



De très beaux panneaux en laque